Recherche personnalisée


 

Objectifs


  • La recherche, la collecte et la conservation des données sur l'histoire de l'Afrique
  • La promotion de l'auto-emploi auprès des Jeunes
  • La promotion des échanges culturels
  • La promotion du développement collectif

Genese de Roots


L'association Roots a été créée à Paris (France) dans les années 90 dans le but de rassembler les Jeunes Africains de France d'une part, et de permettre à ces derniers d'avoir des repères d'autre part.

Les actions de Roots en Afrique ont d'abord été dirigées vers la Cameroun et la Cote d'Ivoire...

Roots Cameroun est donc la continuité des actions menées dans un premier temps à partir de la France et aujourd'hui suite au retour d'un des membres fondateurs au Cameroun, tout se fait sur place. Les échanges avec la Côte d'Ivoire sont plus accentués.

Adhésion


L’adhésion est ouverte à toute personne de bonne moralité après approbation de l'assemblée générale et qui s’engage à respecter les présents Statuts et le Règlement intérieur de l'association.

 

 

 

Mot du Président


En créant l'Association Roots Cameroun, nous avons voulu assurer la continuité de nos actions menées à partir de la France pendant que nous étions encore étudiants au profit de l’Afrique. Nos actions sont orientées vers les domaines culturels, historiques et économiques.

Au niveau culturel et historique, partant du principe de la tradition orale de nos sociétés, nous oevrons pour collecter toute information sur nos origines auprès des bibliothèques que sont les personnes agées.

Au niveau économique, après investigations, nous avons découvert que nos villages souffrent d'un manque d'organisation et aussi d'une absence criarde de financements. Nous avons aujourd'hui 04 villages pilotes où nous avons des projets et ces villages sont dans 03 arrondissements dans la Région du Centre (Akonolinga, Awae et Esse).
Nous avons décidé d'orienter nos actions vers les villages en mettant sur pied des partenariats gagnants-gagnants entre les villageois et des financiers. A terme, chaque communauté villageoise devrait avoir un capital pour financer elle-même ses projets à moyen et long terme. Pour le financier, il sera non seulement remboursé, mais les bénéfices issus de cette collaboration seront partagés.